Articles

#Covid19, Articles et arguments « scientifiques ». Surprise, surprise

Je suis extrêmement surpris par la violence et les termes utilisés pour décrédibiliser le Professeur Raoult et les travaux de l’IHU de Marseille. Le profane que je suis regarde tout cela avec étonnement et s’interroge tout à la fois sur l’état du débat scientifique, et sur ses méthodes. Or nous ne sommes pas incapables de comprendre la nature même des travaux publiés et mis en avant dans un débat qui n’a plus grand chose de scientifique ni d’apaisé. En y regardant de plus près on s’interroge alors d’autant plus sur le radicalisme des propos de la presse, mais surtout de gens qu’on présente comme des scientifiques. 

De la violence !
La critique se veut sévère, puisqu’on l’accuse de ne pas respecter les règles scientifiques, qu’on considère le traitement à base d’hydroxychloroquine (HCQ) comme « compassionnel » (https://www.numerama.com/sciences/614708-chloroquine-les-graves-erreurs-scientifiques-de-la-methode-raoult.html), tout en présentant l’étude Discovery comme extrêmement solide, al…

Crise du #Covid19, Crise de la représentation

Crise du #Covid19, Crise de la représentation 
Lire le texte

Crise du Covid19 : Eclairage des choix et données statistiques

Crise du Covid19 : Eclairage des choix et données statistiques
Il est assez facile de comprendre qu’une décision éclairée permet de diminuer massivement les risques d’erreur. Reste que l’éclairage consiste à la fois à disposer d’une image aussi précise que possible de la réalité, et d’être capable d’en « prévoir » l’évolution sous diverses hypothèses. S’agissant du Covid19 cela revient à avoir une vision aussi claire que possible de la situation sanitaire, d’en comprendre les déterminants, et d’en évaluer l’évolution possible selon les stratégies choisies.Il est donc particulièrement utile de disposer de données « significatives », qu’elles proviennent de recensements des cas avérés de Covid19, d’hospitalisation (sous ses différentes formes) et de décès, ou d’estimations représentatives de ces grandeurs. Or la situation française (et mondiale) met en évidence deux imperfections majeures. Le nombre de décès du Covid19 n’a pas, d’un pays à l’autre, la même définition ni le même champ.  L…

Lettre à mes enfants (et petits enfants) Où quand le sentiment d’être râleur, et gauchiste s’efface devant l’évidence.

Patrice Salini 5 avril 2020

Lettre à mes enfants (et petits enfants) Où quand le sentiment d’être râleur, et gauchiste s’efface devant l’évidence. 
Vous vous rappelez sans doute, et pour les plus jeunes, vous apprendrez sans doute que pendant les périodes de guerre, l’économie est largement dirigée, administrée, tant bien que mal par les Etats.  Un mélange, en fait, d’administration militaire centrée sur l’effort de guerre, et d’administration civile au service de cet effort, et chargée d’assurer à la population la satisfaction de ses besoins vitaux.  Après la guerre, dans de nombreux pays, cet apprentissage à grande échelle des méthodes de planification économique, donne alors lieu à la constitution d’outils de planification économique, internalisés ou non par l’Etat. Ainsi a-t-on créé en France le Plan sous l’égide de Jean Monnet nommé par Charles de Gaulle , ou la Rand aux USA. Mais passons. Il y avait derrière ce foisonnement d’idées, d’autant plus facilement accepté que la reconstruct…

On a perdu notre boîte à outils collective

La crise du Covid19 peut effectivement nous amener à revoir largement nos politiques hospitalières et sanitaires. La critique sera forte, lourde, sans doute partagée entre fatalisme et sévérité.  Mais ce qui me semble encore plus important concerne l’organisation des pouvoirs publics.  Il est temps de redécouvrir la pertinence de pratiques aujourd’hui disparues ou celle de nouvelles approches. 
La nécessité de la planification  s’est évanouie.  La disparition du Plan en France, après une phase de remise en cause sous la pression des libéraux, nous a fait perdre plusieurs dimensions majeures :La capacité d’organiser l’action publique autour d’objectifs prioritaires et dans le cadre d’une programmation (financière mais pas uniquement). Et dans le même temps on nous abreuve de « plans d’urgence » conçus à la hâte pour faire face à l’imprévoyance.La réflexion prospective autour de scénarios (donc la prise en compte des risques)  a elle aussi été délaissée. Au nom du doute et du caractère non…

Pandémie, confinement, crise classique et crise de désynchronisation

Pandémie, confinement, crise classique et crise de désynchronisation
La pandémie actuelle, les politiques de confinement mise en oeuvre et les mesures de soutien prises par les gouvernements et les banques centrales conduisent à une évolution relativement classique.  On aurait une baisse de production, induisant celle de la Valeur Ajoutée produite, - donc du PIB - et dans une mesure éventuellement moindre, d’un fléchissement de la demande.  Le problème est alors de savoir quelle est la durée de cette « crise », et son ampleur réelle compte tenu des branches économiques touchées et des effets dynamiques engendrés. Si le maintien des revenus des ménages est assuré généralement en Europe, dans une certaine proportion, le fléchissement de l’Excédent Brut d’Exploitation risque d’être plus sensible, même s’il est partiellement artificiel du fait de la nature comptable de l’amortissement,  sans rapport direct avec l’amortissement économique. 
Pour autant, ce qu’on néglige trop souvent, ce sont l…

#COVID19 #Economie #Capacité #Evaluation

La pandémie dite Covid19 a révélé une nécessité basique. Limiter l’ampleur du pic épidémique en « gagnant du temps ». Ce qui revient en gros à la fois, à repousser de pic dans le temps, et à rendre la courbe des malades moins « leptokurtique », c’est à dire plus plate. Les raisons en sont simples : il s’agit de ne pas être débordés, dépassés, par le flux de malades devant être « traités ». En effet, pour traiter une certaine quantité de malades pendant un certain temps, il faut combiner une capacité de « stockage » et une capacité de traitement suffisante, et bien entendu en amont et en aval, un débit suffisant à l’entrée et à la sortie du système de santé. On est alors dans un classique problème de gestion dynamique où il suffit que l’une des capacités soit insuffisante pour saturer le système et générer des files d’attente. Dans un réseau de transport, cela se traduit tout bonnement par de la congestion et des modifications de comportement. Dans un système de santé, on commence par…